Vaut-il mieux privilégier les prix ronds pour revendre sa maison ?

Vaut-il mieux privilégier les prix ronds pour revendre sa maison ?

L’une des étapes les plus difficiles lorsque l’on a décidé de revendre sa maison est le moment de fixer le prix. Certains préféreront fixer un prix précis tandis que d’autres préféreront arrondir. L’objectif est le même dans tous les cas : éviter les négociations pour tirer le meilleur prix de la revente. Alors, faut-il privilégier les prix ronds ou les prix précis pour éviter toute tentative de négociation de la part de l’acheteur ?

Les acheteurs connaisseurs se méfient des prix précis

Les prix ronds sont-ils plus favorables à l’achat que les prix précis ? Une étude psychologique a été menée aux Etats-Unis pour répondre à cette question.

Selon les résultats de cette étude, les acheteurs connaisseurs vont se méfier d’un prix trop précis et vont tenter de négocier à la baisse. Par exemple, si vous avez mis votre maison en vente à 2 645 700 €, un acheteur connaisseur voudra la négocier pour 2 600 000 €. En effet, les prix trop précis peuvent paraître incongrus et ne donnent pas l’impression que le vendeur est sérieux : l’acheteur va penser que c’est un coup de bluff pour survaloriser le bien, ou que le vendeur est mesquin et chipote sur des détails.

De nombreux professionnels de l’immobilier conseillent ainsi de procéder par pallier de 5 000 ou 10 000 € pour fixer le prix de sa maison.

Fixer un prix précis pour ne pas dépasser de seuil psychologique

Toutefois, il n’est pas toujours possible de fixer un prix arrondi. Un prix de vente ne se fixe pas au hasard ! Si l’on additionne le prix net vendeur et la commission d’agence, on arrive à un prix précis à l’euro près. Arrondir au-dessus est peu honnête, et si vous arrondissez au-dessous et que le client baisse encore le prix lors de la négociation, vous aurez diminué de beaucoup le prix initial !

La même étude américaine a montré que les acheteurs non connaisseurs (primo-accédants) seront davantage intimidés par les prix précis et négocieront ainsi moins. Dans leur esprit, si le prix a été fixé de manière aussi précise, c’est que l’on ne pouvait pas faire autrement ! Face à des acheteurs novices, un prix précis jouera donc plus en votre faveur puisqu’avec un prix rond, que les acheteurs hésiteront moins à négocier.

De plus, une autre étude américaine, menée par des chercheurs de la Florida Atlantic University, a montré que si vous fixez un prix situé juste en-dessous d’un chiffre rond, vous aurez des chances de vendre votre maison plus cher.

Enfin, il faut également prendre en compte la notion de seuil psychologique. Si l’acheteur ne souhaite pas dépasser les 200 000 euros, il va plus facilement acheter une maison à 199 000 € qu’à 200 000 €, bien que la différence ne soit que de 1 000 €. D’autant plus que si l’acheteur a mis en place une alerte sur le site de l’agence immobilière pour être averti de toutes les maisons dans sa région en-dessous de 200 000 €, il recevra la vôtre directement dans sa boîte aux lettres.

Alors, prix rond ou prix précis ? Tout dépend de votre cible : si vous visez les primo-accédants, alors il vaudra mieux opter pour un prix précis, qu’ils éviteront de négocier, si possible juste en-dessous d’un seuil psychologique. Pour les acheteurs expérimentés, mieux vaudra privilégier un prix rond, basé sur le prix juste et arrondi à l’inférieur : les acheteurs apprécieront le geste et négocieront moins le prix de la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *